Regain de violence en Côte d’ivoire : Y a-t-il quelqu’un pour sauver Ouattara ?

Publié le par thruthway

http://lacotedivoiredebout.ivoire-blog.com/media/02/01/1206591796.gif

 

 

 

 

Cet article que nous vous proposons ici est de « L’éléphant déchaîné », un journal qui fait parti de la galaxie des journaux dits « verts » très proches du camp Ouattara. Il nous montre clairement le malaise qui règne au sommet de l’Etat et au sein du propre camp de Alassane Ouattara.

 

Un article que nous recommandons fortement à tous nos lecteurs et surtout à ceux qui doutent encore que la Côte d’ivoire de plus en plus mal depuis que ce régime installé de force par l’armée française a pris les reines du pouvoir.

 

Bonne lecture à tous et à toutes….

 

 

Une fois n’est pas coutume, devant la tournure que prennent les choses, «L’Eléphant déchaîné» va directement interpeller notre Président. Pour lui dire qu’il est temps qu’il réalise ou qu’on l’aide à réaliser que, les jours où il a été, depuis près de deux ans, le Président de tous les Ivoiriens, sont moins nombreux que, les jours où il a été le Président d’un clan.

 

 

Il est peut-être temps que tous les Ivoiriens se réveillent et demandent à leur président d’ouvrir les yeux pour réaliser que le pays est de moins en moins bien gouverné. Il est peut-être temps que ceux qui sont autour du président de la république et qui l’ont pris complètement en otage réalisent que cette façon de faire risque de très mal finir et qu’ils sont en train de préparer peut-être consciencieusement, l’échec de ce dernier.

 

Il est peut-être temps que le président lui-même se convainque qu’il n’apportera rien de grand à ce pays durant son mandat s’il n’a pas confiance en tous les enfants de ce pays, qu’ils soient du nord, du sud, de l’ouest, de l’est, du centre.

 

Il est peut-être temps que le président réalise que quelque grand et merveilleux que soit le rêve qu’il nourrit pour ce pays, il ne pourra pas le réaliser s’il n’y a pas de réconciliation véritable. Et que malheureusement, près de deux ans après son arrivée au pouvoir, ce chantier important est complètement à l’abandon. En dehors bien sûr des déclarations devant la communauté internationale. Lesquelles relèvent plus de l’incantation que d’une volonté réelle d’aller à la réconciliation et de poser des actes pour…

 

A cause du manque de volonté politique, du manque d’actes de grandeur, du manque d’actes de courage, du manque d’actes de sacrifices, du manque d’actes de justice équitable, du manque d’actes de rassemblement autour de valeurs communes, du manque d’actes d’amour, du manque de volonté de vivre ensemble malgré le slogan. Tout se passe comme si le chef de l’Etat a été convaincu par on ne sait qui, que les Ivoiriens se résument aux militants du RDR et à un certain degré, à ceux du Pdci. A qui de temps en temps, un os est jeté pour les empêcher de crier plus haut leur colère devant la façon dont le pays est gouverné.

 

Parce que la réalité est que rien ne va. Oh, bien sûr, quelques routes ont été refaites, quelques chantiers sont annoncés, l’université fermée va rouvrir ses portes, de nombreux voyages qui nous auraient rapporté des milliards selon le ministre des affaires étrangères, ont été effectués par le chef de l’Etat. Mais les véritables chantiers qui intéressent les Ivoiriens à savoir la sécurité, l’emploi, la justice, la bonne gouvernance, le désarmement, la réconciliation nationale, sont complètement à l’arrêt et rien, à l’horizon, ne permet de penser que la situation va rapidement s’améliorer.

 

Après les attaques contre des positions des FRCI à Abidjan et celle de Dabou, nous avions titré à la Une de notre édition du vendredi 17 août 2012 : « Attaques partout : Président, revenez au pays, ça ne va pas ! La sécurité, ça ne va pas; la réconciliation, ça ne va pas ; la justice, ça ne va pas ; le désarmement, ça ne va pas ; la vie, ça ne va plus». Oui, plus rien ne va et les Ivoiriens, de moins en moins, vivent.

 

Les espoirs qu’ils ont nourris avec la fin de la crise post-électorale se sont évanouis au fur et à mesure de l’évolution de la situation sécuritaire du pays et du processus de réconciliation. Et tout ça parce que le chef de l’Etat, de plus en plus, s’éloigne de son peuple pour ne se rapprocher que des militants les plus radicaux de son parti dont la plupart sont convaincus que pour réussir, il doit gouverner comme si les autres Ivoiriens n’existaient pas. Comme si ceux qui ont commis des actes qui devraient les conduire sous les verrous ne se trouvent que dans le seul camp de Laurent Gbagbo. Camp qu’il faut désormais faire disparaître, puisqu’il est perçu comme un «cancer ». Le résultat de cette façon de faire est que le pays s’enfonce petit à petit dans la spirale de la violence, dans la spirale des crimes impunis ou condamnés du bout des lèvres. Et le fossé entre les Ivoiriens devient de plus en plus grand et les investisseurs qui avaient voulu s’intéresser de nouveau à la Côte d’Ivoire, sur la pointe des pieds, se retirent.

 

C’est que chacun est en train de réaliser que le chef de l’Etat, l’homme élu en novembre 2010 n’est pas l’homme, le technocrate, l’homme rigoureux, méthodique que les Ivoiriens ont découvert en 1990. Le chef de l’Etat a été pris en otage, d’abord par sa famille politique, le RDR, ensuite par sa famille biologique, ses frères et sœurs dont la fièvre pour le pouvoir, insoupçonnée jusque-là, brille à présent en plein lumière. Au point où, l’on se demande à présent si le président sait où il en est vraiment. Puisque tout incline à penser, au regard des informations dont dispose «L’Eléphant », qu’il assiste impuissant au sabotage du combat qu’il a mené depuis des décennies pour accéder au pouvoir d’Etat. Qu’il s’est entouré de personnes qu’il ne connaît pas pour la plupart et qui se battent comme de beaux diables pour ne pas qu’il soit un grand homme d’Etat, pour ne pas qu’il gouverne pour tous les Ivoiriens, dans la justice et l’équité.

 

L’état actuel de la justice ivoirienne est là pour en témoigner. On sait comment on y entre. Mais on ne sait pas dans quel état on peut en ressortir. Les injustices se commettent maintenant à la pelle dans l’Administration et les pauvres n’ont plus aucun espoir. Les ministres sont devenus pour la plupart des hommes d’affaires qui ont monté plusieurs entreprises de travaux divers et qui participent à tous les appels d’offres lancés par l’Etat ou même par leur propre ministère. Les témoignages recueillis par « L’Eléphant» auprès de plusieurs opérateurs économiques humiliés et dont certains sont des militants de première heure du RDR, sont pour le moins édifiants.

 

La corruption, après quelques mois de recule est en train d’enfoncer ses racines de plus en plus profondément dans l’Administration. Il est désormais impossible d’obtenir le moindre papier sans payer, à moins de faire preuve de la plus grande patience qui soit et que le document attendu ne présente plus aucun intérêt. Et tout ça se passe sous Alassane Ouattara, l’homme de 1990 qui avait mis fin à la circulation des véhicules administratifs, les week-ends et autres jours fériés.

 

Bref, il faut sauver le président Alassane Ouattara. Pour qu’il puisse enfin intervenir à propos pour rectifier toutes les erreurs qu’il a commises jusque-là. Et dont l’accumulation est en train de produire les résultats auxquels l’on assiste depuis quelques mois. Car en effet, il a été détourné de ses objectifs initiaux par l’orientation et la compréhension que des cadres du Rdr ont du pouvoir. Le pouvoir doit être pour le RDR et le président ne doit gouverner qu’avec les cadres du RDR, « ses frères ». Il ne doit faire véritablement confiance à aucun autre Ivoirien en dehors des militants du RDR, les seuls capables de lui être véritablement fidèles. Peu importe ses compétences. Pour preuve, tous les projets pilotés par des ministres du Pdci sont surveillés par un cadre du RDR qui n’est ni ministre ni conseiller mais qui en est le vrai maître d’ouvrage. Et qui décide de tout. Ce n’est pas Allah Kouadio Rémi de l’Environnement et du Développement durable qui dira en ce moment le contraire.

 

Re-bref, il faut sauver le président Ouattara. Parce que le temps est en train de passer et qu’il n’a plus le temps de mettre en exécution son programme de gouvernement. Parce qu’il n’a pas encore réussi à réconcilier les Ivoiriens et que la réconciliation, ceux qui veulent le voir échouer, ont réussi à l’en détourner avec l’insécurité grandissante créée par des gens qui ne sont pas forcément ceux qu’on désigne à la vindicte populaire.

 

Près de deux ans après l’arrivée de Ouattara, au lieu de parler d’emplois, de cohésion sociale, de développement, de réconciliation… l’on ne parle plus que d’achats d’armes de guerre, d’hélicoptères de guerre pour mater les assaillants, pour « terroriser les terroristes ».

 

Et pendant ce temps, le temps passe. Et les ennemis de Ouattara qui mangent à la même table que lui chaque jour, sont à l’œuvre. Afin de le convaincre qu’il n’a aucun intérêt à être le président de tous les Ivoiriens qui ne lui veulent que du mal, en dehors des militants du RDR. Et pourtant, sans prendre en compte les aspirations de tous les Ivoiriens, Ouattara passera cinq ans à la tête de la Côte d’Ivoire sans rien apporter aux Ivoiriens. Et pire, il laissera à son départ, un pays plus divisé qu’il ne l’était quand il accédait à la magistrature suprême. Ce n’est certainement pas son objectif.

 

Assalé TIEMOKO

Publié dans Actualités politiques

Commenter cet article

N'cho 31/08/2012 19:34


Je te remercie pour ton analyse de la situation du pays. Si tous les journalistes faisait des commentaires dans ce sens, je pense le président de tous les ivoiriens verra que l'heure est grave
qu'il faut sauver la nation, en faisant confiance à tout le monde et non à un groupe de personne. Un pays se construit et se développement avec tous ses fils, chaque a quelques choses à apporter
qu'on arrête de suivre les ivoiriens pour chercher les pro GbaGbo et vouloir les réconcilier. Président sache que tous les ivoiriens ne sont pas obligés de t'aimer mais si tu sais que tu es venu
pour développer la nation ivoire alors fait le. Jette un coup d'oeil, tout le monde se plaint car il n' ya pas travail, la vie est cher et nos parents ont été licenciés sans préavis. C'est ça la
nouvelle côte d'ivoire, injustice, corruption partout. Mon frère Assalé merci pour cette vérité