SALUT LES ARRACHEURS DE DENTS.

Publié le par thruthway

arracheurs-des-dents.PNG

 

 

« On peut tromper une partie du peuple tout le temps et tout le peuple une partie du temps, mais on ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps. » Abraham Lincoln

 

Enfant, j’avais retenu certains mythes développés autour de la personne de feu Félix Houphouët Boigny. De lui, l’on disait qu’il était immortel, qu’il avait sept vies (comme celui qui mange sept têtes de chat), si bien qu’au crépuscule de sa vie, des larmes envahirent mes joues. L’âge adulte vient de me révéler la supercherie. Le « père fondateur », Nanan n’était pas un immortel. Tout ce mythe a été volontairement déversé dans mon esprit afin de créer une adhésion autour de la personne du bélier de Yakro. La communication a très bien marché puisque je ne fus pas la seule victime.

 

Sous le pouvoir du nouvel homme fort de l’éburnie, la stratégie est bien différente. Cette fois ci, c’est le grand timonier lui-même, en chair et en os, qui inculque des pseudos vérités dans l’esprit malléable des enfants qui préfèrent aujourd’hui « brouter » que de se cultiver. Ils n’auront que leurs yeux pour pleurer !

 

L’homme fort, disais-je, sème la confusion. Mon cadet, après avoir écouté l’interview du docteur Alassane Ouattara, s’empressa de me demander : « frère c’est vrai que c’est Kennedy qui a rêvé?», je dissimulai un sourire et répondis : « petit, Kennedy a été assassiné, Matin Luther King a aussi été assassiné mais ces deux personnes sont différentes. Kennedy n’est pas Martin Luther King et vice versa. Comprends que c’est Martin Luther King qui a rêvé, il a dit i have a dream ». Ouvrant grandement les yeux il me dit : « ahhh ! Donc le prési est un arracheur de dents ! ». Je lui intimai l’ordre de se taire parce que derrière la fenêtre se baladaient des Frci que le prési même n’arrive pas à canaliser. Je me rendis compte, après, que ces Frci étaient analphabètes, donc incapables de percer le sens du mot utilisé par mon jeune frère. Mais celui-ci, teigneux qu’il est, ne raccrocha pas sa curiosité et se permit de  me dire que le prési a affirmé n’avoir jamais dis « rattrapage ethnique ». Je lui demandai de me dire ce qu’il en pensait. Sans attendre que je termine il s’écria : « Salif le boutiquier malien du quartier dit que le prési les aime parce qu’à Paris il a dit qu’il est venu faire rattrapage ethnique…. donc maintenant là ce sont les dioulas qui vont tout prendre quoi?» J’utilisai l’une des phrases de l’artiste Billy Billy pour lui répondre « c’est ça qui est là ohh ».

 

Salif le malien ne savait pas que les arracheurs de dents déposeraient leurs valises dans son Mali bien aimé, la ville des Sotrama (frères des Gbakas d’Abidjan). Le putsch intervenu dans ce pays fut l’occasion pour notre organisation sous régionale (Cedeao) de dévoiler ses talents de démocrates bien lucides. Compaoré, venu au pouvoir après avoir assassiné son frère et ami Sankara, Faure Eyadéma, digne successeur de son père installé après un coup d’Etat constitutionnel et un simulacre d’élection, Alassane Ouattara venu au pouvoir dans des fourgons français, voici donc quelques démocrates lucides qui posent un embargo sur le Mali. Leur personne même pose problème parce que leur histoire, du reste connue de tous, devrait les rendre un peu plus discret. Peut-on arracher les dents de l’histoire ?

 

Ouattara donne des leçons de démocratie par ci, par là, non sans se souvenir des exploits de ses hommes à Duékoué, des prisons du nord et de La haye. Compaoré le super médiateur donne des leçons de démocratie en jetant cyniquement  chaque jour un regard sur le poster  Géant de Thomas Sankara  au milieu des anciens présidents Burkinabé, dans le Hall du Palais présidentiel de Kossyam de Ouagadougou. Faure, le cadet est un peu réservé. Dans cette situation boueuse du Mali, ils ont poussé l’inhumanité loin en décidant d’étouffer le peuple malien. En fait c’est de cela qu’il s’agit. Les mesures prises par la Cedeao sont directement dirigées contre le peuple qui n’aura plus d’argent pour se nourrir. J’imagine déjà la catastrophe quant on sait la condition difficile des maliens. Ces arracheurs de dents disent qu’ils veulent faire plier le Comité national de redressement pour la démocratie et la restauration de l’Etat (CNRDRE).Mais quels sont les biens des membres de ce comité? Ils ne sont pas millionnaires. Ce sont de simples soldats qui ont certes commis des erreurs de jugement, mais qui ne sont pas pires que d’autres qui ont déjà opéré à la barbe de la Cedeao. Le peuple malien mourra de faim parce que Alassane Ouattara et ses amis, ont décidé qu’il en soit ainsi. Ils porteront la responsabilité de ce crime contre l’humanité.

 

En attendant de revenir sur ce dossier qui mérite intérêt, je courre vite vers d’autres arracheurs de dents qui pensent pouvoir échapper à ma vigilance.

 

La RdrTv, appelée communément RTI, n’est vraiment plus suivie. Cela interpelle surtout lorsque des pontes du Rhdp s’y mettent. Djédjé Mady, Secrétaire Général du Pdci Rda, devenu par absorption membre observateur du Rdr, a avoué n’avoir pas suivi l’interview de Ouattara. Logiquement il ne peut donc pas commenter le one man show de son mentor. Pourtant, le journal de son parti, le Nouveau réveil (un vrai dortoir des rêves kennedyen) a publié l’intégralité de l’interview le Samedi 31 Mars. Là encore Mady, n’a pas lu. Vraiment !!!

 

Son frère Guikahué, l’homme des pèse bébés surfacturés, n’a lui aussi pas regardé. Il n’a même pas pris la peine de jeter un coup d’œil sur son quotidien préféré, préoccupé qu’il était à organiser les obsèques du maître Zadi Zaourou. Atô yagnah !

 

Tous ils n’ont ni regardé, ni lu, ni entendu parler. Ouattara est donc tout seul dans son alliance, ses partenaires se moquent de ses interventions sur les antennes du Rdr. Et si ces leaders étaient tous des arracheurs de dents? Il n’ ya aucun doute, Mady et Guikahué, ne veulent pas tancer leur mentor, ils préfèrent préserver leurs privilèges en arrachant les dents du peuple.

 

Salut les arracheurs de dents.

 

A bientôt


Les pamphlets d’Alain Bouikalo

Publié dans contribution

Commenter cet article