Souvenir souvenir : Les propos subversifs d’Hamed Bakayoko

Publié le par thruthway

http://www.bowoulankro.com/wpress2/wp-content/uploads/2010/10/C%C3%B4te-dIvoire_Pr%C3%A9sidentielle_Hamed-Bakayoko-%C3%A0-la-gare-routi%C3%A8re-dAdjam%C3%A9-le-samedi-16-octobre-2010.jpg

 

 

Quand les hommes de Ouattara veulent s’essayer en donneurs de leçons. Les Ivoiriens sont loin d’être amnésiques. Hamed Bakayoko, alors ministre des Ntic ne manquait pas de défier l’autorité du président Gbagbo, sans qu’il ne soit inquiété le moins du monde. Quelqu’un qui tenait des Conseil des ministres les jeudis et insultait le chef de l’Etat tous les samedis, défiait l’autorité du président Laurent Gbagbo avec des propos injurieux. Quelques morceaux choisis des propos subversifs du ministre de l’Intérieur de Ouattara.

 

Le samedi 25 juin 2005 à la Caistab, alors qu’il recevait les «Amazones mobilisées pour ADO», Hamed Bakayoko, alors ministre de Gbagbo déclarait : “Qui sont-ils pour nous faire peur ? Les moments qui arrivent sont des moments très graves. Nous allons engager le combat pour libérer Abidjan de la dictature et du fascisme. Nous allons engager le combat pour la libération d’Abidjan”.

 

Après ces propos, il est rentré tranquillement chez lui et le «dictateur» Gbagbo ne l’a pas inquiété. Quelques jours après, le ministre récidive, cette fois au stade Champroux, le 2 juillet 2005, où il s’était mis en tenu Dozo et avait exécuté des séances de pompes. “Après avoir libéré le nord de la dictature de Gbagbo (allusion à la rébellion de Soro, ndlr), nous allons bientôt libérer Abidjan”, déclarait celui qui était ministre de la République. Et ces propos encore ne lui ont point ôté la vie, encore moins conduit en prison et occasionné son agression. Hamed Bakayoko sait pertinemment que leur régime ne peut égaler le degré de démocratie qu’avait atteint le pouvoir Gbagbo. C’est cela aussi la vérité qu’on veut cacher aux Ivoiriens.

 

F. Toti

Source : Le Nouveau courrier

Publié dans Actualités politiques

Commenter cet article