Une suspension de compte anti-Sarkozy relance le débat sur la neutralité de Twitter

Publié le par thruthway

http://www.newsrep.net/i.img?u=http%3a%2f%2fnewsrepmedia.blob.core.windows.net%2fimage%2f2012-03%2f2211772_1884912_timeline.JPG&f=j&w=400&h=400

 

 

Twitter ne se fait pas que des amis parmi les opposants à Nicolas Sarkozy. Deux semaines après la suspension d'une série de comptes se moquant du candidat UMP, le compte @lavraieTL a connu ce matin le même traitement.


Ouvert lundi matin, le compte assurait la promotion du site lavraietimeline.fr, mis en ligne le même jour, qui publie « la chronologie de la vie que Nicolas Sarkozy veut faire oublier ». Présenté à la façon d'un journal Facebook, il brocarde -avec une férocité parfois limite- la vie politique du candidat UMP, « de sa sortie d'un paquet Bonux en 1955 (sans pour autant être un cadeau) » à aujourd'hui. Le tout de façon très documentée, avec une multitude de photos, liens vers des articles de presse et vidéos. « la vraie timeline.fr ne contient que des faits, et n'a pas été faite par le PS mais par de simples citoyens », se défend cependant son auteur, qui conserve l'anonymat.

 

Joint par LeParisien.fr, il affirme n'avoir reçu pour l'instant aucune justification de la part de Twitter. « Nous avons envoyé un mail pour exiger des explications dès que nous avons constaté la suspension du compte vers 9h30 », ajoute t-il. L'explication de cette suspension pourrait cependant résider dans les règles d'utilisation du site de micro-blogging régissant les comptes parodiques et l'usurpation d'identité. 



Dans la twittosphère, cette nouvelle suspension relance le débat sur la neutralité du site de micro-blogging vis-à-vis de la politique. « Nous n'avons absolument rien demandé », affirme t-on du côté de l'UMP. Malgré ces dénégations, le mot clé #SarkoCensure, cri de ralliement des internautes outragés, remporte depuis jeudi matin un franc succès. Le compte @lavraieTL n'est pourtant pas restée bâillonné bien longtemps: @AutreTL lui a déjà succédé.

Publié dans Médias

Commenter cet article