IMPORTANT ! Abidjan- Grande mobilisation pour le 12 Avril 2013

Publié le par thruthway

 

http://sphotos-b.xx.fbcdn.net/hphotos-ash4/s480x480/252295_437138179674678_1617916004_n.jpg

 

 

Mme Agoh Marthe et le C.N.R.D convoquent une grande journée de mobilisation le 12 avril 2013

 

Question : Le Vendredi 12 Avril 2013, le C.N.R.D organise une journée de rassemblement pour le Résistance Démocratique ; Pourquoi une telle journée ?



Mme Agoh Marthe : Le CNRD organise cette journée principalement pour deux raisons : D’abord pour exorciser la mémoire collective par rapport aux évènements dramatiques du 11 Avril 2011.


Ensuite, pour réaffirmer notre rêve pour la démocratie vraie en Côte d’Ivoire, car nous croyons, comme le Président Laurent Gbagbo, que c’est la « seule voie de salut » pour le peuple de Côte d’Ivoire dans sa diversité ethnique et culturelle.


Q. : Pouvez-vous nous dire un peu comment cela va se passer ?




Mme Agoh Marthe : Il s’agit avant tout d’une fête populaire avec des chants, des danses, des sketchs…ponctués de messages sur la démocratie.
Aussi souhaitons-nous que nos compatriotes épris de Justice, de Vérité, de Paix, rêvant d’ « une patrie de la vraie fraternité », viennent nombreux à cette journée pour communier avec le Chantre de la Démocratie qu’est Laurent Gbagbo. C’est pourquoi nous invitons particulièrement chansonniers et autres humoristes.



Q : Nous constatons que le C.N.R.D rêve encore de Démocratie, malgré ce qui s’est passé en Avril 2011… 



Mme Agoh Marthe : Il convient de souligner que ce qui s’est passé dans notre pays en Avril 2011 n’a rien avoir avec la Démocratie. 


En démocratie, on se réfère toujours au peuple, donc aux institutions qui l’incarnent. Or, comme l’a dit le Président Laurent GBAGBO lors de sa première comparution devant les Juges de la CPI, « c’est l’armée française qui a fait le travail ». Le peuple souverain de Côte d’Ivoire a confié sa défense exclusivement aux forces de défense et de sécurité nationales dans les conditions déterminées par la Loi (Article 24 de la Constitution), et non à l’armée française.


Q. : Voulez-vous dire qu’aucune force étrangère ne doit intervenir en Côte d’Ivoire ?


Mme Agoh Marthe : En principe, non.



Q. : Mais alors, expliquez-nous la présence des forces militaires françaises et Onusiennes sur le territoire de la République de Côte d’Ivoire.



Mme Agoh Marthe : La présence des forces militaires françaises résulte d’accords de défense pour soutenir l’Armée ivoirienne en cas d’agression extérieure du territoire national. Ce n’est donc pas pour intervenir dans le contentieux électoral contre un des candidats, et de surcroît contre l’Armée Nationale.


Quant aux forces Onusiennes, elles-mêmes ne se nomment-t-elles pas « forces impartiales d’interposition » ? Elles sont donc là pour s’interposer et non pour prendre partie pour un camp. Or, ce n’est pas ce que nous avons constaté.
Il est donc clair que ce qui s’est passé en Côte d’Ivoire durant la crise post-électorale n’a rien à voir avec les règles et les principes de la Démocratie. C’est simplement la loi du plus fort qui s’est imposée au peuple et à l’Etat de Côte d’Ivoire représenté à l’époque par le Président Laurent Gbagbo.


Précisons en passant que la Démocratie n’est pas un régime politique inconnu de l’Afrique traditionnelle ; ici en Côte d’Ivoire, il y a des peuples qui pratiquent la gouvernance démocratique. 



Q. : Revenons donc au rêve de Démocratie du C.N.R.D.



Mme Agoh Marthe: Ok, Pour le C.N.R.D, la Démocratie bien assimilée et bien pratiquée est le moyen le plus sûr d’éviter les conflits sociaux dans la Nation.
En effet, la Démocratie signifie que le pouvoir appartient au peuple ; et cela suppose que la majorité des personnes vivant sur un territoire donné sont d’accord pour se soumettre aux lois et institutions communes, lesquelles prévoient tous les mécanismes de règlement des conflits. 



Q. : C’est donc pour éviter les conflits, notamment les guerres civiles que vous tenez tant à la Démocratie ?




Mme Agoh Marthe : Écoutez ! Qui peut être heureux dans les remous, les conflits, la guerre ? Non seulement la Paix est nécessaire pour la quiétude de tous, mais sans la Paix, il n’y a pas de développement. Regardez la Côte d’Ivoire aujourd’hui, la misère économique est telle qu’on ne parle plus de « panier de la ménagère » qui se vide, mais de « sachet de la ménagère », à cause de la situation conflictuelle qui perdure. 

 
Ainsi, outre la recherche de la Paix, le système démocratique offre la meilleure voie d’accès au progrès, à la prospérité pour tous. En effet, en Démocratie, la liberté et l’égalité de tous en Droit confèrent au peuple les moyens de décider des orientations de la politique de développement, à travers le libre choix de ses gouvernants, et de contrôler l’exercice du Pouvoir par la liberté d’expression.


C’est pourquoi nous exhortons les peuples d’Afrique à refuser de légitimer les dirigeants imposés de l’extérieur par les armes. 



Q. : Un dernier mot ?



Mme Agoh Marthe : En guise de conclusion, permettez que nous citions un passage du livre de Monsieur Laurent Gbagbo intitulé ‘ Côte d’Ivoire – Bâtir la Paix sur la Démocratie et la Prospérité ‘(page 11) : « Ce que nous avions cru impensable s’est donc produit. Il y a eu la guerre en Côte d’Ivoire. Il y a eu des morts, des vies brisées, des déplacés de guerre et des réfugiés. Nous avons constaté qu’avec la guerre, nous étions tous menacés dans les mêmes droits élémentaires. Quelles que soient nos appartenances régionales, religieuses ou politiques, quelles que soient nos positions sur la guerre elle-même, nous avons frôlé une catastrophe collective. Notre pays, la Côte d’Ivoire, a failli sombrer dans le chaos. 
Mais les peuples entrent en action quand l’histoire l’exige. Les peuples se mobilisent toujours pour sauver les nations du péril. Le peuple ivoirien s’est dressé pour opposer au mauvais destin une même volonté résolue. Il a refusé la régression et nous sommes restés debout. »


C’est pourquoi, aujourd’hui plus qu’hier, le Congrès National de la Résistance pour la Démocratie (dernière création de Laurent Gbagbo) invite les Ivoiriens et les Ivoiriennes à la Journée de Rassemblement pour la Résistance Démocratique du Vendredi 12 Avril 2013 !






N.B : Les personnes qui désirent offrir des prestations (chants, danses, sketches, messages…) au cours de cette journée sont priées de joindre les contacts suivants : 65 24 71 72 / 08 03 46 93 / 07 58 02 83.





COMMUNIQUE C. N. R. D



Jeudi 11 Avril 2013 :



Journée de commémoration (conférence de presse)



Vendredi 12 Avril 2013 :



Journée de rassemblement pour la Résistance Démocratique (rassemblement populaire)

NB : les programmes des journées seront communiqués ultérieurement

 

Publié dans Actualités politiques

Commenter cet article