Vendredi 27 septembre 5 27 /09 /Sep 09:52

kandia.PNG

 

 

« Depuis plus de dix ans, il n’y a pas eu de construction de salles de classes, il n’y a pas eu de réhabilitation, il n’y a pas eu d’équipements»

 

Mme  la Ministre,

 

Par respect pour la fonction que vous exercez de fait, je ne dirai pas que vous êtes une menteuse mais plutôt que vous n’avez pas dit la vérité aux ivoiriens ce soir du 24 septembre 2013 sur le plateau de la télévision nationale. Or, membre du Gouvernement, vous avez le devoir de dire la verité aux ivoiriens. Toujours et en toute circonstance. Par  devoir de vérité, Je vais vous rappeler des chiffres et des actes que surement votre directeur départemental de l’éducation nationale de Sinfra vous confirmera.

 

Par la politique de décentralisation, pilier de la politique de refondation du Président Laurent  Gbagbo , voici la modeste contribution du Conseil Général de Sinfra dans le domaine de l’éducation nationale. Votre prédécesseur Gilbert Bleu Lainé, particulièrement satisfait de notre apport, nous a élevé au cours d’une cérémonie publique à l’Hôtel du Golf d’Abidjan, avec  bien d’autres acteurs des collectivités territoriales, au rang de Commandeur de l’ordre  du mérite de l’éducation nationale de la République de Cote d’ ivoire.

 

Au Conseil général de Sinfra, dès le premier Budget d’investissement de  2003, nous avons érigé l’éduction nationale au centre de nos priorités. Ainsi, malgré les maigres subventions de l’Etat  du fait de la  sauvage rébellion que vous avez organisée dans notre pays, plombant les finances publiques, nous avons investi de 2003 à 2012, 1 milliard de F Cfa.  1 079 111 114   F CFA pour être très précis.

 

58 Opérations ont été réalisées allant de la réhabilitation et construction d’infrastructures scolaires à leur équipement en mobiliers et matériels didactiques.  Deux Lycées  ont été construits et équipés, un lycée réhabilité et doté  de salle informatique, 14 bâtiments de 3 classes ont étés construits, 9 écoles ont été réhabilitées, 2 écoles maternelles ont été ouvertes… Le tableau détaillé de ces réalisations est consigné dans le rapport de passation de charges au Conseil Régional de la Marahoué.

 

Mme la ministre, ces faits là sont sacrés. Ils résistent à toute démagogie politicienne que vous pouvez librement utiliser. Sinfra faisant partie intégrante de la Cote d’ivoire, vous n’êtes  donc pas fondée à déclarer publiquement qu’en 10 ans Gbagbo n’a rien fait dans le domaine de l’éducation nationale. Mme la ministre, vous pouvez cependant être rassurée d’une chose. Les ivoiriens à qui vous vous adressez ne sont pas dupes. Ils ont un sens élevé du discernement. Par exemple, nos Populations à Sinfra qui vous ont certainement écouté,  attendent depuis bientôt 3 ans le premier investissement dans le domaine de l’éducation.  Pouvez-vous alors rappeler à votre mentor Alassane Ouattara que la promesse est une dette. Même en politique. Lors de sa tournée de précampagne à Sinfra il avait promis au département des investissements globaux à hauteur de 85 milliards. Depuis … ils attendent. Ils vous regardent. Parce que justement  «c’est la nuque de celui qui est devant qu’on regarde ».

 

Mme la ministre, lorsque, obstinément, les mains pleines de boue, vous voulez salir une personne sans taches, de deux choses l’une. Soit vous l’atteignez et vous la salissez, soit vous la ratez et elle demeure toujours propre. Dans les deux cas vous vous en sortez avec les mains toujours sales. Par votre malheureuse déclaration télévisée, vous venez encore une fois de rater Laurent Gbagbo malgré sa  «  capturation, » ( l’ expression est de vous)  et vous en sortez  avec les mains de nouveau sales .


 Le Ministre Lia Bi  Douayoua

 

 Ancien Président du Conseil General de Sinfra

Par thruthway - Publié dans : Actualités politiques - Communauté : Vos blogs
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Jeudi 26 septembre 4 26 /09 /Sep 09:13

http://www.penseesnoires.info/wp-content/uploads/2011/08/jeune11.jpg

 

 


Regie Publicite Afrique

 

 

 

Le taux du chômage en Côte d’Ivoire ne fait que grimper. Dans cette grisaille, le secteur informel monte en puissance.

 

Pendant la campagne présidentielle, le candidat Alassane Ouattara a promis d’offrir un million d’emplois aux Ivoiriens à l’horizon 2015. Depuis qu’il a été brutalement installé au pouvoir, les faits montrent qu’il est bien loin de tenir sa promesse.

 

 

Le Premier ministre Kablan Duncan, lors de la fête du Travail, l’a bien signifié : «Nous avons recruté un certain nombre de jeunes. Ce qui donne plus de 20.000 emplois nets créés à la Fonction publique et au privé en 2013. Mais cela ne suffit pas. Il faut aller bien sûr vers l’emploi moderne, mais il faut aussi aller vers l’auto-emploi qui est un secteur important. Le domaine agricole va à lui seul créer 2 400.000 emplois d’ici 2016. Il y a aussi le secteur informel qui emploie beaucoup. Donc nous étudions toutes les pistes pour offrir aux Ivoiriens des emplois durables ».

 

 

 Lors de la conférence de presse qu’il a animée, le 5 septembre dernier, il a révélé que de mai 2011 à octobre 2012, seulement 101.670 emplois ont été créés. Or, si l’on suit les promesses du chef de l’Etat, ce sont 400.000 emplois qui auraient dû être créés en deux ans. C’est plutôt le chômage qui est servi aux Ivoiriens.

 


Ainsi l’Agence d’étude et de promotion de l’emploi (Agepe), pour sa part, annonce 986.220 chômeurs en Côte d’Ivoire. L’étude de l’Agepe indique que le taux de chômage est plus élevé en milieu urbain qu’en milieu rural (15,2% contre 3,8%). Le District d’Abidjan a le taux de chômage le plus élevé avec 19,5%.

 

Le secteur informel en pôle position

 

Dans cette grisaille, le secteur informel gagne du terrain. Un responsable de l’Observatoire de l’Emploi (qui a requis l’anonymat) a révélé que l’emploi informel représente 90% du marché de l’emploi en Côte d’Ivoire. Et qu’en 2012, le taux de l’emploi vulnérable était estimé à 79%. Kablan Duncan ne dit pas le contraire lorsqu’il affirme que 941.923 emplois non formels ont été créés en Côte d’Ivoire. C’est en cela que le décret d’interdiction de production et d’importation de sachet plastique que le gouvernement ivoirien compte mettre en vigueur à partir de fin novembre prochain va renforcer le secteur de l’emploi informel avec la perte de 10.000 emplois directs et 90.000 emplois indirects.

 


Ce tableau sombre a une origine. Selon le ministre d’Etat, ministre de l’Emploi, des Affaires sociales et de la Formation professionnelle, Dosso Moussa, pour la période du 30 avril 2012 au 1er mai 2013, ce sont 92 entreprises qui ont licencié 2793 travailleurs pour motif économique et 71 entreprises qui ont observé le chômage technique avec la perte de 3024 emplois. Il a omis les licenciements opérés dès la prise de pouvoir de Alassane Ouattara. Parce qu’en réalité, les pertes de travail enregistrées depuis l’avènement d’Alassane Ouattara constituent un record dans l’histoire de la jeune nation ivoirienne.

 


Gomon Edmond

 

Notre Voie

Par thruthway - Publié dans : Actualités politiques - Communauté : Vos blogs
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 26 septembre 4 26 /09 /Sep 00:43

exiles-fpi-accra-prie-pour-mahan-gahe.PNG

 


Agence publicite Afrique

 

 

La communauté des ivoiriens contraints à l’exil, a organisé ce  dimanche 22 Septembre 2013  à Accra une messe pour le repos de l’âme du Syndicaliste Mahan Gahé et celui de Esther Djedjé Epouse Cissoko, fille de Benjamin Djedjé. Les exilés on également prié pour le Pr kofi Awoonor , délégué aux relations extérieures du NDC , parti au pouvoir au Ghana ,décédé au cours des récents sanglants de Nairobi au Kenya.

 

Ce que la communauté ivoirienne en exil à Accra compte de cadres éminents, s’est donné rendez vous ce dimanche  22 Septembre 2013 de 18 à 20H à l’Eglise catholique « Queen of Peace » de Madina -Accra.  On a pu dénombrer 13 anciens ministres, une dizaine d’anciens Directeurs Généraux, PCA, Diplomates ainsi que bien d’autres cadres  ivoiriens contraints à l’exil par le pouvoir ethno- génocidaire de Ouattara . Là- bas ils ont demandé au Père Maurice, célébrant du jour,  de prier  pour leur camarade Basile Mahan Gahé, mort des suites des graves séquelles des tortures infligées par les hommes de Ouattara au cours de la crise post- électorale ivoirienne. Les exilés ont eu une pensée pieuse pour Esther Djedjé Epouse Cissoko décédée  le 11 septembre dernier à Abidjan alors que son père Bejamin Ilahiri Djédjé vit en exil au Ghana.

 

Il tenait aussi particulièrement à cœur aux exilés  de rendre hommage  par la prière au Professeur kofi Awoonor,  délégué aux relations extérieures du NDC , parti au pouvoir au Ghana, grand défenseur de la cause de Laurent Gbagbo et du FPI au cours des différentes  instances de  l’internationale socialiste.  Agé de 78 , Pr Awoonor, ecrivain- poète de son état, ancien président du conseil d’Etat au Ghana  a  été tué  de manière tragique dans l’attaque  du samedi 21 Septembre dernier, du centre commercial de Nairobi au Kenya par un commando islamiste Shebab. L'homme faisait du shopping avec son fils dans le centre commercial lorsque le commando armé a donné l'assaut.

 

Dans son homélie portant sur les textes bibliques du jour, le prête a longuement prêché sur la reconnaissance, mémoire du cœur avant de confier au seigneur l’âme des disparus.

Correspondance particulière de

 

Anasthasie Ehoulan

Par thruthway - Publié dans : Necrologie - Communauté : Vos blogs
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 25 septembre 3 25 /09 /Sep 10:22

http://www.connectionivoirienne.net/wp-content/uploads/2013/09/ble-guirao-17-mai-2013.jpg

 


Publicite Afrique

 

Lu pour vous dans la presse pro-ouattara

 

Régis Souaga – Source: Lebanco.net

 

Jean Blé Guirao est Secrétaire Général Adjoint II de l’UDPCI chargé de l’Organisation et de la Mobilisation, ancien président des Jeunes de ce parti fondé par le Général ROBERT GUEI, Ex Secrétaire Général National de la FESCI, membre fondateur et Ex-président du RJDP. Il a bien voulu répondre aux différentes préoccupations du moment au cours d’une rencontre avec lebanco.net Interview vérité du « DOUGLOUDOU » National

 

L’Union pour la démocratie et la paix en Côte d’Ivoire (UDPCI) dont vous êtes l’un des Secrétaires Généraux Adjoints se retrouve en pré-congrès le mois prochain à Bassam et en Congrès en décembre prochain à Yamoussoukro. Quels seront les grands axes de ces retrouvailles ?

 

Jean Blé Guirao : Dans la vie d’un parti politique dont le fonctionnement est normal, le congrès représente un moment important de retrouvailles entre les animateurs, les militants des instances pour marquer un temps d’arrêt, faire le bilan et recadrer les choses par rapport au contrat de confiance avec le peuple dont est amené à demander le suffrage. Car n’oubliez pas qu’un parti politique se crée pour acquérir le pouvoir d’État et le gérer selon sa vision contenue dans ce que l’on appelle projet de société dont on tire les éléments saillants et indispensables à appliquer lors d’un mandat, et qu’on appelle programme de gouvernement.

 

Le congrès a donc pour objectif premier de renouveler les responsables de certains organes, de revoir les textes et d’actualiser, par rapport à la pratique et au vécu quotidien, le contrat de confiance avec le peuple pour épouser les aspirations de ce dernier en y étant le plus proche possible. Le Congrès de notre parti qui aura lieu en décembre prochain et dont le pré-congrès aura lieu dans la 2e semaine du mois d’octobre à Bassam n’échappera pas à cette règle. La Présidence du Parti, celles des Structures Spécialisées des Jeunes et des Femmes, seront soumises au congrès pour renouvellement car étant tous caduques depuis belle lurette. Plusieurs commissions et groupes de travail ont été mis en place et qui travaillent d’arrache-pied et sans bruit. Pour le reste, je suis étonné que la demande d’un congrès ordinaire, ses préparatifs fassent l’objet de beaucoup de bruits et de gesticulations ailleurs. Les gens parlent de démocratie, mais sa pratique est encore un leurre sous nos cieux.

 

On vous voit souvent très critique vis-à-vis de votre alliance dont votre président, le Dr Albert Mabri Toikeusse assure l’un des postes clés au sein du gouvernement. Qu’est-ce qui ne va pas au sein du RHDP selon votre analyse ?

 

Je vous réponds le plus simplement du monde par un adage et un proverbe. L’adage nous apprend que « qui aime bien châtie bien ». C’est parce que nous autres aimons et vivons trop le RHDP que nous sommes très critiques par rapport aux déviations constatées çà et là et ressemblent nettement à une grosse trahison ou arnaque vis-à-vis des Ivoiriens qui nous ont fait confiance, certains, au prix de leurs vies. Peut-on m’expliquer pourquoi subitement, dès que notre candidat au second tour a gagné les présidentielles qu’il n’y a plus de réunion de la Conférence des Présidents du RHDP, plus de réunions du directoire, plus de réunions des coordinations RHDP pourtant mises en place avec beaucoup de bruit, plus de réunions des jeunes et des femmes du RHDP ? On a l’impression, et c’est ce qui m’irrite, que notre alliance n’avait pour seul but de faire partir les refondateurs du pouvoir.

 

Sinon comment peut-on expliquer l’absence de réunions des instances du RHDP, l’absence de concertation au niveau de la conférence des Présidents, l’arrogance, la trop grande suffisance et le manque d’humilité des cadres du RDR envers les alliés.

Pour le proverbe, ma mère me disait souvent que, lorsque vous rentrez dans une maison et vous voyez une jarre remplie d’eau et qu’il n’y ait pas de gobelet mis à côté, c’est que cette eau n’est pas bonne à boire, elle est juste bonne pour se laver les mains. En d’autres termes, quand en interne, les conditions ne sont pas créées pour étancher la soif de savoir des militants ou des responsables, ne soyez pas surpris après qu’ils se désaltèrent sur la place publique avec des sachets d’eaux.

 

 

Non ! Ce n’est pas pour ce RHDP que les Ivoiriens nous ont donné leur suffrage, ce n’est pour ce RHDP que plusieurs de nos militants sont tombés ou ont tout perdu la vie. Le bilan du RHDP est catastrophique. Plus de réunions des instances, chacun se cherche dans son parti, les nominations se font dans un seul sens. L’allié MFA n’est plus dans le gouvernement commun et est tenu loin malgré les appels de son leader, l’arrogance et le manque d’humilité ont pris le dessus, les gens sont devenus trop suffisants, méprisants et inaccessibles. Tout le monde est taxé d’être contre le Président ADO. Le climat n’est pas rassurant et certains actes nous séparent, chaque jour davantage. Rien n’est fait pour renforcer la cohésion au sein des alliés. Le décor est planté pour un divorce consommé. Il faut tirer la sonnette d’alarme pendant qu’il est encore temps.

 

De la présidence de la jeunesse de votre parti, vous êtes dans les instances dirigeantes de décision de l’UDPCI. Pensez-vous que les jeunes sont aujourd’hui bien utilisés dans les partis politiques ivoiriens et surtout dans votre parti ?

 

Ecoutez, c’est relatif. Tout est question du travail fait lors de votre mandat mais aussi des facteurs confiance et chance. Confiance de votre Président qui nomme les membres des instances et chance de bénéficier de plusieurs circonstances convergentes. Depuis le retour de notre Pays au multipartisme, mon cas est unique. Je suis le seul ancien Président National de la Jeunesse de son Parti, pour le moment qui avant même de finir son mandat, est nommé par son Président de Parti, Secrétaire Général Adjoint. Plusieurs de mes camarades, avant ou après moi, sont réduits à des rôles de conseillers ou de porte-parole adjoints obscurs. Cela dépend des personnes elles-mêmes. Moi j’ai eu la chance d’avoir un Président de Parti jeune, dans un parti jeune et d’avoir bénéficié de la confiance du Docteur Albert Mabri Toikeusse pour ce poste important de SGA en charge de l’Organisation et de la Mobilisation, juste après le congrès extraordinaire d’avril 2005 alors que j’étais encore sous mandat au niveau des jeunes. La chance, mais aussi le travail. Je suis parti de la tête de la JUDPCI mais hier lundi 23 septembre 2013, un diplomate me voit et m’appelle encore Président des Jeunes de l’UDPCI. Quand je lui réponds que depuis avril 2007, je ne suis plus Président des Jeunes car ayant fini mon mandat, il est étonné.

 

C’est dommage que beaucoup de nos cadets au lieu de travailler et de marquer leur époque passent leur temps dans le dénigrement systématique, dans les coups bas, dans les calomnies et autres médisances. Choses qui ne peuvent être retenues par ceux qui vous observent. De manière générale, il faut que les jeunes eux-mêmes se prennent au sérieux et travaillent d’arrache-pied pour mériter de leur parti politique. Sinon on les assimilera toujours à des poseurs de bâches et chaises, à du bétail de mobilisation juste bon pour le remplissage. Or, plus nombreux, ce sont eux qui vont au charbon.

 

Un de vos alliés du RHDP, le PDCI-RDA se retrouve le 3 octobre prochain en congrès dans une atmosphère de tension qui voit un de vos amis jeunes, Kouadio Konan Bertin aller à l’assaut du Graal présidentiel interne à ce parti avec deux autres ténors contre le président sortant Henri Konan Bédié. Comment voyez-vous la candidature de KKB ? Signe d’un refus de mal utilisation de la jeunesse ou d’une exaspération face à une classe politique, vieille qui refuse la passation des charges à temps ?

 

Au PDCI RDA, j’y ai beaucoup de frères et sœurs, beaucoup d’amis, beaucoup de camarades que je ne voudrais pas gêner aux entournures. Parmi ceux-ci, mon ami et frère KKB dont je loue le courage politique. Le congrès d’un parti politique comme je l’ai rappelé tantôt est avant tout interne et ne concerne que les membres statutaires de ce parti. Ce congrès fait couler beaucoup d’encre et de salive, mais c’est normal. Cela veut dire que le PDCI RDA, après les moments de doute, est en train de revenir au premier plan.

 

Moi, je suis légaliste et donc jaloux des textes et de leurs applications. Chez moi, à l’UDPCI, je n’accepterai jamais que sans consultation et concertation, sans accord, on torde le coup aux textes. Donc ce que je ne peux accepter chez moi, je ne peux le souhaiter chez mon voisin. Sinon, pour le reste, je constate que mon ami et frère KKB a demandé le congrès au moment où personne n’en voulait et, à force de ténacité, lui et ses amis ont obtenu ce congrès. Je constate qu’à un moment donné personne ne parlait de la candidature du PDCI RDA en 2015, à force d’abnégation lui et ses amis viennent d’obtenir de la base que le PDCI RDA ait un candidat en 2015.

 

 

Un homme politique est avant tout un éveilleur de conscience qui voit et dit tôt ce que d’autres mettront des années à voir et à comprendre. Qu’on le veuille ou no, le congrès du PDCI RDA marquera à coup sûr ce début d’octobre, mais KKB en aura été un des grands animateurs. Ce qui a fouetté l’orgueil de tous les militants. À ce jour le PDCI RDA est debout dans tous ses compartiments.

 

Après au moins deux ans de gestion effective du pouvoir d’État, quel regard sur la gestion du Président Alassane Ouattara, l’usage des ressources humaines au sein de votre alliance et la recherche de paix ?

 

Nous sommes en pleine préparation du congrès du parti et je suis, au niveau des groupes de travail du comité scientifique, dans la commission qui traite justement de l’alliance. Le pré-congrès d’abord et ensuite le congrès auront à statuer sur cet élément important de l’alliance. Pour le reste, le pouvoir actuel fait peut-être des efforts pour la paix et la cohésion dans le pays, de nombreux chantiers sont visibles, mais la gestion des ressources humaines laisse à désirer. Après l’euphorie du golf-hôtel où les cadres du Rhdp étaient réfugiées au cours de la crise postélectorale, Ndlr], chacun s’est recroquevillé sur son parti, sa région ou son ethnie. Moi-même je suis un exemple vivant de ceux qui sont sur le carreau et qui se sont accrochés en définitive à un poste électif au conseil régional après tous ces efforts faits et toutes ces nombreuses pertes en matériels et en vie humaines pour la victoire de notre candidat du RHDP.


Hier, sous Gbagbo justement, ce sont les cadres qui étaient réfractaires à la vérité et aux réalités du vécu des Ivoiriens préférant les théories et slogans Ivoiritaires du genre «, «il n’y a rien en face ». Tout ce qui venant de l’autre était contre Gbagbo. Le résultat est connu. Gbagbo est à ce jour, malheureusement, seul à la HAYE, loin de ses nombreux conseillers ou journalistes va-t-en-guerre qui tiraient sur tout, rejetant tout sans analyse objective. Nous sommes en alliance au sein du RHDP, tous, nous avions pris des coups, à quelques niveaux que ce soit, pour la victoire du candidat du RHDP. Mais avant le 18 octobre 2010 à Yamoussoukro, nous avons pris l’engagement de gouverner ensemble. Deux ans après est-ce- que nous sommes dans cette dynamique ? Est-ce que nous sommes d’accord avec ce qu’on a appelé « la gestion commune du pouvoir par le RHDP ? ». Est-ce que la grande motivation et l’euphorie de départ des militants et cadres qui faisaient qu’on dormait pratiquement au siège du PDCI RDA existent toujours ? Quand on est allié, il y a des choses qu’on ne fait, il y a des actes qu’on ne pose, il y a des paroles qu’on ne sort pas par éthique et par respect de l’allié. On sort d’élections couplées où il y a eu, dans plusieurs endroits, la violence partout alors que ce sont des alliés qui s’affrontent. Ce sont de ces choses qui mettent en mal notre alliance.

 

Où est-ce que l’on en est avec le procès de l’assassinat du Général Robert GUEI, le premier président et fondateur de l’UDPCI ?

 

Nous venons de célébrer le 11e anniversaire de ce tragique assassinat le jeudi dernier au siège du parti. 11 ans après, il n’est pas normal que la lumière tarde à être faite sur cette terrible histoire que bloque la mémoire collective de notre pays. Je me rappelle que le Docteur Alassane Ouattara lors de sa campagne au second tour de la présidentielle nous avait promis de faire toute la lumière, une fois au pouvoir. Deux ans après que les refondateurs eurent quitté le pouvoir, les choses tardent à s’éclaircir. Or c’est dans notre intérêt à tous que la vérité éclate sur cette affaire. C’est une promesse de campagne du Chef de l’État et tous nous prions qu’avant le 12eme anniversaire, les coupables soient connus et sanctionnés, que les familles biologiques et politiques soient remises dans leurs droits.

 

Quel appel à l’endroit de vos militants et sympathisants pour une réussite de votre congrès ?

 

Je voudrais dire à nos militants que le parti vit, est en marche et a des ambitions légitimes avec son Président le Docteur Albert Toikeusse Mabri. Malgré les préparatifs du congrès, les activités et la vie du Parti continuent. Sous la houlette du Secrétaire Général par Intérim, Docteur Albert Flindé, pendant un mois, des délégations ont sillonné les 35 coordinations d’Abidjan et banlieues pour la remobilisation. Les rapports et les échos sont somme toute, satisfaisants et démontrent que notre parti et ses militants sont en place, continuent de travailler et espèrent. Nos ambitions sont grandes et légitimes pour ce pays avec l’UDPCI et les Ivoiriens sont nombreux à espérer et à compter sur notre parti et son Président. Nous n’avons pas le droit de nous y dérober, nous n’avons pas le droit de trahir la confiance placée en ce parti par de nombreux Ivoiriens qui voit l’UDPCI comme une alternative crédible. Le prochain congrès de notre parti devra clairement clarifier notre position dans notre volonté de bâtir ce pays.


Sous l’ex-Président Laurent Gbagbo, les militants ont décidé que notre parti ait son candidat à la présidentielle. C’était une candidature pour exister. Au prochain congrès, je pense, qu’en plus d’exister nous devons réaffirmer nos ambitions légitimes pour ce pays. L’UDPCI aura donc son candidat comme le stipule la plate forme du RHDP mais l’UDPCI aura son candidat pour rester en conformité avec la volonté de l’écrasante majorité de nos militants.

 

 

Réalisée par Adam’s Régis Souaga

Par thruthway - Publié dans : Actualités politiques
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 23 septembre 1 23 /09 /Sep 09:04

 

Lu dans la presse pro-ouattara

Banny attaque Ouattara et se propose candidat


Du réconciliateur en chef suite à la crise postélectorale au challenger principal sous la bannière du PDCI du chef de l’Etat qui a déjà déclaré sa candidature aux échéances électorales de 2015, c’est une simple pirouette pour Banny. En effet, après avoir mis bas le masque concernant son statut de chef de la fronde contre le président du parti démocratique de Côte d’Ivoire(PDCI), Henri Konan Bédié, le président de la Commission Dialogue Vérité et Réconciliation se veut désormais un franc-tireur dans le jardin des alliés du parti doyen, notamment le Rassemblement des Républicains (RDR). Invité de l’émission Kokoyalê sur Abidjan.net, l’ex-Premier ministre n’a pas hésité à ouvrir le feu sur le sphinx de Daoukro et son allié, Alassane Ouattara. Dans son manteau anti-RHDP, l’ex-gouverneur de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCAO) ne cache plus sa gêne de voir le vieux parti au sein du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP).

 

Pour lui, cette alliance mise en place dans des circonstances exceptionnelles doit être brisée pour permettre au PDCI de voler de ses propres ailes et de reprendre le combat de la reconquête du pouvoir d’Etat. «Je voudrais la Côte d’Ivoire plus démocratique, en commençant par le PDCI, le parti qui a vocation à donner l’exemple. Un droit d’aînesse engage à des devoirs. Nous avons un rôle à jouer : rêvons utile pour notre pays. Je voudrais le PDCI plus conquérant parce qu’il ne peut pas se cantonner au rôle de « parti godillot », à la remorque de ceux qui l’ont rejoint au moment où il donnait des signes d’essoufflement», a-t-il martelé. Avant de se faire, selon lui, l’écho de la situation ‘’ de pauvreté’’ qui prévaut en Côte d’Ivoire. «Aujourd’hui dans notre pays, les poches de pauvreté sont bien trop nombreuses.

Des chefs de famille doivent confronter la honte de ne pouvoir subvenir aux besoinx de leurs enfants», a-t-il constaté. Tout en se proposant comme l’homme providentiel à même de sauver le navire ivoire qui est en train de chavirer à ses yeux. «Je suis un fier Ivoirien. Je voudrais participer à rendre demain la Côte d’Ivoire plus juste, plus forte, plus prospère. J’ai du respect pour nos masques et je n’en porte aucun. La Côte-d’Ivoire n’est pas une case sans clef. La clef de sa destinée est de lui insuffler le principe d’espérance. C’est le seul moyen de l’aider à se retrouver, à renouer tel un Sankofa avec son Histoire. La Côte-d’Ivoire a besoin de refleurir. Je chéris fièrement les symboles de la nation. L’hymne, la devise, le drapeau, sont porteurs de notre identité d’Ivoiriens. Je les ai vus « naître ». Je suis également saisi par la fièvre des bâtisseurs. C’est pourquoi, je ne conçois pas qu’on puisse considérer, en dépit de mon expérience, qu’il me soit interdit d’avoir une ambition pour la Côte-d’Ivoire. J’ai la passion d’agir», a-t-il clairement indiqué.

Lacina Ouattara

 


Publicite Afrique
Par thruthway - Publié dans : Actualités politiques - Communauté : Vos blogs
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

L'actualité en image

  • manif-unesco-paris.14
  • accueil-prisonniers-politiques-CNRD.6
  • manif-unesco-paris.10
  • meeting-Koumassi.14

Merci de faire vos dons ici

       LR

Faites votre choix directement en ligne ici

Recherche

VOUS AIMEZ?

COTEDIVOIRE-LAVRAIE

Présentation

  • : Le blog de thruthway
  • Le blog de thruthway
  • : France Sarkozy facebook 2012 crise Actualité
  • : Site destiné à l'actualité en cote d ivoire et au plan international tant au plan politique, économique, militaire, religieux, sportif, culturelle que touristique. Ce site web est une banque d’informations sur l’actualité ivoirienne, la capitale économique Abidjan et le monde dans tous les domaines : La Haye, les bons coins d’Abidjan, Bon coin, le mapouka, crédit en France, credit de France, airlines, l or en cote d ivoire… Vous pouvez aussi nous suivre sur facebook, youtube et twitter…
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil
  • Contact

Calendrier

Octobre 2014
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
<< < > >>
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés